Pourquoi pars-tu, Alice?

Nathalie Roy, Éditions Libre Expression, Montréal, 2017, 299 pages.

Alice a 43 ans. Elle est maman de deux enfants et elle est mariée. Elle a une famille tout ce qu’il y a d’ordinaire. Elle joue le rôle beaucoup trop traditionnel de la mère qui s’occupe des soupers, du ménage et de reconduire ses deux ados à droite et à gauche. Sa vie, beaucoup trop routinière et beaucoup trop centrée sur les membres de sa famille, ne lui plait plus. C’est pourquoi elle décide, sur un coup de tête en allant au dépanneur, de prendre le scooter de sa fille et de partir sur un no where.

L’idée de quitter sa routine, de se retrouver seule face à elle-même et à ses désirs est très intéressante. Il semble toujours plus simple de penser à sa famille avant son bonheur. Comme si le divorce devait encore être tabou. Il arrive que les problèmes ne se règlent pas, que les couples ne soient plus faits pour être ensemble. C’est ce qu’Alice tente de découvrir avec son voyage : aime-t-elle toujours son mari? Ses différents arrêts et ses différentes rencontres lui permettront de renouer avec ses désirs et ses passions les plus enfouis. On retrouve alors la femme épanouie qui s’était perdue dans la routine de maman-épouse.

J’ai apprécié le roman en général. L’histoire est bien ficelée et Alice vit des histoires intéressantes. Son périple ne la laisse pas au bout de ses émotions. Par contre, peut-être est-ce l’âge ou le fait que je ne suis pas encore rendue à cette étape dans ma vie, je ne me suis pas sentie rejointe ou touchée par les personnages. Il m’est toujours plus difficile de m’accrocher à une histoire lorsque cela arrive. Est-ce un mauvais roman pour autant? Pas du tout. Je le conseille à ceux et à celles qui sauront se reconnaitre dans ce que vit Alice.

Pourquoi pars-tu, Alice? est le premier roman que je découvre de cette auteure (et nul besoin de mentionner qu’elle en a publié plusieurs, je crois que son nom sonnera une cloche à la plupart d’entre vous!) Je me laisserai probablement tenter par un autre de ses titres. C’est une lecture légère qui fait toujours du bien en vacances ou lorsqu’on a besoin de se changer les idées. C’est un peu moins mon genre habituel, mais c’est toujours plaisant de sortir de ses horizons, n’est-ce pas?

Pour commander le roman et encourager les librairies indépendantes du Québec, cliquez ici!

« La vie m’a entraînée dans une routine où les ambitions ne semblent plus avoir leur place, où les besoins matériels ont pris le dessus sur les idées. Mais est-ce vraiment la vie qui est responsable de la grisaille de mon quotidien? » (Pourquoi pars-tu, Alice? p.41)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s