Lui

Patrick Isabelle, Leméac éditeur, Montréal, 2017, 143 pages.

Maintenant qu’il a purgé sa peine en centre jeunesse pour avoir ouvert le feu dans son école secondaire, il est libéré. La population est divisée face à cette nouvelle : certains sont heureux de le voir sortir alors que d’autres voient plutôt cette nouvelle comme une injustice. Pour eux, c’est un criminel et rien d’autre. Cette liberté, il ne la mérite pas.

« Lui. Celui qui n’appartient à personne. À nulle part. Un papillon errant qui avance contre le vent, qui ne se doute pas que le battement de ses ailes fait naître une tempête. » (Lui, p.9)

Ce roman correspond à la fin de la trilogie Eux Nous – Lui. On retrouve donc le même protagoniste. Par contre, cette fois, on suit également d’autres personnages, qui ont un lien de près ou de loin avec la fusillade qui a eu lieu dans le premier tome, Eux. Chacun voit la sortie du protagoniste d’une manière différente, et c’est ce qui est intéressant

J’ai adoré le roman autant que le premier. Les points de vue donnent un ton différent à l’œuvre et rendent sa lecture très particulière. L’auteur ne nous présente pas une histoire avec une chronologie, mais bien un ensemble de petites histoires ayant un fil conducteur : la fusillade. Comment vivent ces différentes personnes maintenant que Lui est sorti? Est-ce que sa liberté est méritée? Les nombreuses visions nous permettent d’aborder la discussion et de réaliser qu’on a tous une opinion différente par rapport à la situation.

Bien entendu, le protagoniste est un peu plus présent que les autres. Après tout, c’est SA sortie qui nous est racontée. Lui aussi vit sa sortie à sa façon. Les autres ne le laisseront pas tranquille non plus. Il gravite donc autour de lui des personnages heureux, mais aussi en colère de voir qu’il est de retour parmi Eux. Il y a également la présence d’une autre figure importante qui créera tout un émoi, particulièrement chez le lecteur qui a accès à ses pensées. Certains le détesteront, alors que d’autres le comprendront.

Je ne pourrais conclure cet article en passant la fin sous silence. Encore une fois, un dénouement coup de poing qui vient nous chercher au plus profond de nos tripes. Même si Patrick Isabelle a su me donner des frissons tout au long du roman avec les retours dans le passé, la chute nous laisse bouche bée. En plus, elle n’est pas explicite. On nous laisse un peu en suspens, avec notre propre interprétation. Encore une fois, cela laisse place à la discussion.

Pour commander le roman et encourager les librairies indépendantes du Québec, cliquez ici!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s