Déterrer les os

Fanie Demeule, Éditions du Septentrion, Québec, 2016, 113 pages.

Une enfance où manger est un plaisir, presque maladif quand on ne sait plus s’arrêter, se change rapidement en trouble alimentaire avec la succession d’évènements malheureux chez la narratrice de ce roman. Deuil, solitude, jalousie, angoisse, tous des sentiments qui la pousseront à mettre son énergie dans un combat contre la nourriture.

Si je m’étais laissé aller, j’aurais lu ce livre en une seule soirée. J’ai préféré le déguster (ironique avec le sujet du roman, non?) et profiter au maximum de cette histoire qui n’est pourtant pas des plus joyeuses.

Il n’y a pas d’histoire précise et claire. S’enchainent les différents souvenirs de la narratrice, ces moments traumatisants ou remplis de tristesse qui l’ont poussée à vivre avec son trouble alimentaire. On comprend bien vite que chaque personne vit ses moments difficiles de manière personnelle. On entre directement dans l’intimité de la protagoniste, dans ses émotions les plus fortes. Le tout écrit avec une plume poignante et sans flafla. C’est une montée vers l’épuisement, la perte de confiance, le doute, l’anorexie.

Il me tardait de lire cette courte œuvre, notamment parce que les commentaires étaient élogieux à son propos, mais aussi parce que le sujet m’intéresse beaucoup. J’ai été agréablement surprise qu’on nous présente un personnage qui vit son trouble alimentaire non pas pour cadrer dans le modèle unique de beauté, mais bien pour centrer ses énergies sur un combat différent, pour oublier sa peine.

Autant ai-je pu être troublée par son autodestruction, son anxiété grandissante, autant ai-je été frustrée par les spécialistes que consultait la narratrice qui lui disaient qu’elle était en santé. Comme quoi il ne faut vraiment pas se fier aux apparences. Peut-être son poids était-il « santé », son mode de vie était loin de l’être. Mais ça, ça ne compte pas…

Si vous désirez plonger dans une lecture riche en émotions, ce roman est un excellent choix. Vous pouvez le commander et encourager les librairies indépendantes du Québec en cliquant ici.

« Sur la piste de danse, je me démène pour brûler les calories que j’ingère. Mes amis pensent que je m’amuse follement. Ils crient dans mes oreilles pour m’encourager. Pendant ce temps, dans ma tête, c’est la panique. Je dois tout détruire, tout brûler. Je ne dois pas m’arrêter. Aucun fun, la fille. Non, aucun. » (Déterrer les os, p.82)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s