Leslie et Coco

Marie Demers, éditions Hurtubise, 2019, 242 pages.

Lorsque Leslie a terminé le secondaire, elle a quitté la Gaspésie, et sa meilleure amie Coco, pour Montréal où elle commence ses études post-secondaires pendant que Coco termine le sien. Les deux filles se retrouvent lors d’un séjour dans la grande métropole, après le bal de finissants de Coco. À travers leur amitié, elles tenteront de vivre cette séparation, mais aussi l’entrée dans la vie adulte.

La plume de Marie Demers est jeune et rafraichissante. J’aime beaucoup y retrouver des expressions communes, des mots trafiqués comme « cochemolat » (p.45), qui me rappellent ma propre expression. L’autrice sait ancrer ses histoires dans la culture populaire, autant par ses thématiques que ses références. Dans ce roman particulièrement, nos deux protagonistes sont de grandes lectrices. Elles partagent donc avec nous leurs lectures, qui sont autant actuelles, Rupi Kaur, que classiques, Annie Ernaux.

« Sauf que je te jure qu’il est beau. À sa façon spéciale à lui. […] Pas d’une beauté qui avale l’espace et accapare tous les regards. Juste beau comme… Comme quelqu’un qui existe pour vrai! Et il est tellement drôle. Mille fois plus drôle que moi (alors que, comme tu sais, je suis presque aussi drôle que Peter McLeod)! (Leslie et Coco, p.33)

La relation qui unit Leslie et Coco est enviable. Malgré la distance qui les sépare, elles prennent le temps de s’écrire de longues lettres, dans lesquelles elles partagent – presque – tous les pans de leur vie. Alors que Coco est fidèle à elle-même, qu’elle respecte ses convictions et qu’elle s’assume totalement, Leslie est plus influençable, plus effacée. On pourrait être surpris de voir qu’elles s’entendent aussi bien, mais comme elles le disent elles-mêmes, elles sont « complémentaires ».

Outre la relation qu’entretiennent les protagonistes, j’ai grandement apprécié leur quête individuelle. Chacune des filles doit affronter des problématiques du quotidien, des difficultés personnelles qui viennent entraver leur relation. C’est là qu’on constate toute la force qui les unit.

Le roman, qui se conclut sur une scène assez dramatique et incomplète, me laisse espérer une suite qui, semblerait-il, sera narrée par l’une des deux filles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s