Fille facile

Josée De Angelis, éditions du Parc en face, 2020, 336 pages.

Note : 3.5 sur 5.

Pourquoi les gars ont le droit d’aimer le sexe et de s’en vanter, alors que les filles, elles, passent pour des salopes? C’est bien ce que se demande Jeanne qui, à l’aube de la fin de son secondaire, accumule les one-night sans avoir honte. Et si, pour changer, elle s’alliait à une seule personne? Un ami avec bénéfices?

Si cela n’avait pas été de la fin que j’ai trouvée un peu précipitée, j’attribuais quatre étoiles au roman (la cinquième n’étant pas donnée à cause du registre de langue qui m’a parfois agacée). Cela dit, outre ces détails, j’ai tout simplement adoré cette lecture!

Tout d’abord, le personnage de Jeanne nous emmène dans une voie différente. On rencontre une fille assumée, qui aime le sexe et ne s’en cache pas, qui accumule les conquêtes de manière prudente. Une fille qui assume ses choix vestimentaires avec fougue, qui sait défendre son point et ignorer les propos blessants. C’est rafraichissant!

« Es-tu en train de me demander de m’habiller plus conservateur pour ton nouveau chum? Tu m’as toujours dit que c’était correct de m’habiller comme je veux parce que les gens devraient pas me juger! Je comprends pas! Sont où, tes idées féministes, là? Est-ce que tu dirais ça à ton fils? M’semblait que je pouvais faire tout ce qu’un gars peut faire! Mais pas m’habiller comme je veux? » (Fille facile, p.108-109)

Ensuite, pour les souvenirs que m’a apportés cette lecture, j’ai passé un agréable moment. Les samedis soirs à faire le party, les sorties en gang, ça m’a rappelé ma troisième et ma quatrième secondaire. Lire Fille facile avant de me coucher a été ma façon à moi de revivre ces soirées festives du haut de mes 27 ans (je ne suis plus trop du type party aujourd’hui).

Je ne pourrais passer sous silence le personnage de Félix. Autant il m’a charmée par son attention que je l’ai apprécié pour sa capacité à prendre la défense de Jeanne, à voir au-delà des commentaires désobligeants.

Bref, la force de ce roman se situe à mon avis dans ses personnages évolués qui font rayonner les expériences de l’adolescence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s