Fantastique, fantasy, merveilleux : des littératures de l’imaginaire

Je démystifiais, la semaine dernière, ce qu’était la science-fiction, un des genres principaux parmi les littératures de l’imaginaire. Cette semaine, je tenterai de démêler ses genres cousins, parmi lesquels il est parfois facile de s’emmêler les pieds… ou les yeux!

Le fantastique

Dans le récit fantastique, le surnaturel fait irruption dans un monde totalement réaliste. Le personnage sera lui-même surpris par cette arrivée brutale, par cette rencontre à laquelle il ne sait pas s’il doit croire. On y rencontre donc des personnages comme des vampires, des loups-garous, des monstres, des fantômes. L’évènement étrange qui se produit pourrait s’expliquer de manière surnaturelle ou de manière naturelle (la folie). C’est ce balancement entre les deux qui caractérise le récit fantastique.

La fantasy

Dans la fantasy, tout est acceptable, notamment parce qu’on nous situe, en général, déjà dans un monde imaginaire ou parallèle. Bien qu’on accepte la présence d’éléments surnaturels dans la fantasy, il n’est pas rare de voir le protagoniste s’en étonner, sans toutefois que cela ne crée de la peur ou de l’incompréhension comme dans le fantastique. Très souvent, la magie prend une place imposante dans la fantasy. Elle est au genre ce que la science est à la science-fiction! On y retrouve aussi beaucoup de personnages issus du folklore (licornes, magiciens, fées, elfes, dragons…).

Le merveilleux

Genre le plus ancien, le merveilleux rappelle souvent les contes de fées. C’est un genre dans lequel tout ce qui nous semblerait anormal est accepté, sans que le personnage ne se pose de questions. On pense ici aux animaux qui parlent, aux créatures féériques, à la magie… Le cadre spatio-temporel est aussi assez flou : on n’a qu’à penser à la traditionnelle formule d’ouverture des contes Il était une fois, dans un pays lointain. Il faut aussi garder en tête qu’on trouve beaucoup d’éléments merveilleux dans la fantasy, rapprochant alors les deux genres. Cela dit, le merveilleux se veut plus simple, stéréotypé et moralisateur/philosophique vu son omniprésence dans les contes traditionnels.

En résumé


Sources

Allô Prof. Le récit merveilleux.

Bigot, M. Fantastique, fantasy et merveilleux : quelles différences?

Gosselin, N. Fantasy et fantastique : est-ce la même chose?

Gosselin, N. Les caractéristiques du genre fantastique.

Guillerm, N. Distinguer SF, fantastique, fantasy, merveilleux…

Zahardonia. Différencier les genres de l’imaginaire.

1 Comments on “Fantastique, fantasy, merveilleux : des littératures de l’imaginaire”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s