Moi aussi

Sophie Rondeau, éditions Hurtubise, 2021, 205 pages.

Note : 2 sur 5.

Romane vient d’apprendre que ses parents se séparent. À travers le tourbillon de cette nouvelle vie familiale, elle est victime d’un abus de la part de son meilleur ami Esteban. Elle doit donc apprendre à conjuguer toutes ses pensées et à se retrouver dans cette spirale.

J’aurais vraiment aimé apprécier ce roman dit «incontournable» par la maison d’éditions. Mais, non. Beaucoup de détails m’ont dérangée et m’empêchent de vouloir parler de ce roman en bien.

Tout d’abord, j’ai été agacée par l’écriture. Le registre populaire utilisé n’allait pas du tout avec le roman et la protagoniste et faisait trop. Trop populaire alors que certaines tournures de phrases ne l’étaient pas tant que ça, trop vulgaire pour les situations délicates («un gars a rentré sa graine dans ma noune»).

J’ai aussi malheureusement été incapable de m’attacher à la protagoniste. On la connait très peu, il est difficile de se faire une idée de sa personnalité. Les seuls éléments que je retiens d’elle sont qu’elle aime lire et fumer du pot. On se retrouve pourtant dans ses pensées vu la narration à la première personne… Je crois que le fait que tous les personnages qui gravitent autour d’elle vivent des drames vient enlever l’accent qu’on devrait mettre sur la protagoniste (et victime!). Je me suis davantage attachée à son petit frère, c’est peu dire!

D’ailleurs, les nombreux drames viennent enlever toute l’importance de la thématique qui devrait pourtant être principale : le viol. Parce que c’est ce qu’a vécu Romane (la 4e de couverture le mentionne, ce n’est pas un spoiler). Mais il se passe tellement de choses dans le roman qu’on vient presque effacer les émotions de la protagoniste. D’ailleurs, ce qui suit avec Esteban, son agresseur, vient presque le déculpabiliser, le rendre plus piteux. Ça m’a choquée de voir qu’on donnait autant d’attention à l’agresseur.

Ça aurait pu être un bon roman. Le tournant que prend la relation entre Romane et Esteban était vraiment intéressant, permettait de voir une autre situation d’agression ainsi que ses conséquences. Les nombreux questionnements de Romane face à cette situation sont d’ailleurs un point très réussi du roman. Cela dit, pour ses autres trop nombreuses maladresses, il ne s’agit pas, pour moi, d’un bon roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s