Et si toi c’était moi?

Line Legault, auteure indépendante, 2016, Québec, 114 pages.

C’est quand elle l’aperçoit dans le jardin de ses grands-parents que Sofia tombe sous le charme de Lali le bohémien. Itinérant depuis la fin de son adolescence, Lali erre avec sa bicyclette et profite de la beauté de la nature pour rêver qu’il s’envole parmi les outardes. Malgré les temps parfois durs et les souvenirs douloureux, il erre le sourire aux lèvres, ne sachant jamais s’il reviendra le lendemain. Sofia, jeune fille de première secondaire, ne peut s’empêcher d’attendre sa visite avec impatience. Ni les regards désapprobateurs de sa meilleure amie ni la peur de l’inconnu ne l’empêchent de retrouver son beau bohémien. Le froid de l’hiver encouragera Lali à se réfugier chez Sofia, où des traces de son passé reviendront envahir sa mémoire.

Ce court roman est venu me chercher. La force de caractère de Lali est touchante, plus particulièrement quand on apprend le boulet qu’il traine. Sa vision lumineuse de la vie nous encourage à mettre un peu plus de lumière dans la nôtre. C’est un personnage attachant qui donne envie de s’attarder un peu plus au phénomène de l’itinérance. À côté de Sofia, il semble être un grand frère protecteur, même si c’est plutôt lui qui a besoin de soutien. Un seul détail m’a dérangée à propos de la jeune fille : elle ne paraissait pas du tout de son âge. Ses propos très réfléchis, sa maturité et sa façon de réagir à l’amour me l’ont fait paraitre plus vieille. En m’attardant un peu moins sur ce détail, j’ai réussi à plonger dans la relation d’amitié qu’elle entretenait avec Lali. Une amitié basée non pas sur l’attente, mais sur l’espoir que l’autre était toujours là, quelque part.

Bien que le récit soit court et que j’aurais voulu avoir plus de détails et un plus grand aperçu de la vie de Lali, les évènements sont bien ponctués et on ressort de cette lecture avec un regard admiratif qui dit : « C’est beau! » Parce qu’on veut croire en cette possible relation entre deux êtres complètement opposés.

Et si toi c’était moi est un roman écrit avec une plume poétique. C’est une œuvre qu’on lit la tête dans les nuages. Malgré le sujet un peu plus difficile, on ne peut que se laisser emporter par la beauté des mots. Les paroles de Lali nous transportent et réussissent à nous faire oublier les moments difficiles qu’il lui arrive de traverser. C’est une œuvre qui se glisse bien sous l’oreiller pour laisser Lali nous emporter avec les outardes.

Pour encourager cette auteure indépendante et plonger dans le monde de Lali et Sofia, rendez-vous dans les COOPSCO des Laurentides, dans les librairies indépendantes Sainte-Thérèse et Imagine ou sur la page Facebook de l’auteure.

« Je suis libre comme un oiseau. En ce moment, je suis bien avec toi. Après, la vie continue. Le bonheur, le malheur, tout est éphémère. J’accueillerai ce qui se présentera sur mon chemin. Tous ces moments se gravent dans ma mémoire. Je n’ai pas juste mes sacs et mes poches comme bagage. Je ne m’enchaîne pas. » (Et si toi c’était moi, p.43-44)

5 Comments on “Et si toi c’était moi?”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s