Partie 1: Problématique et présentation de N.A.

Nelly Arcan est une auteure très controversée. La contradiction entre sa critique de la femme-objet et ce qu’elle projette comme image rend le public quelque peu frileux face à cette auteure. Cette dite image de femme portant un décolleté plongeant et ayant passé par toutes sortes de chirurgies plastiques vient démentir le message qu’elle tente de faire passer. Il est intéressant de se pencher sur la représentation de l’auteure et de se demander en quoi son image a influencé la réception de son premier roman (Putain). Déjà, son titre joue dans la vulgarité. Quand un lien direct peut être fait avec l’auteure, l’œuvre peut sembler plus difficile à accepter. À côté des autres auteurs à la posture un peu plus neutre, Nelly Arcan attire tout de suite les regards, et cela n’est pas que positif. Dans le cadre de cette recherche seront étudiés trois aspects, soit l’image de l’auteure elle-même, autant son apparence que son passé, la conscience qu’elle avait de la possible polémique que pourrait causer sa posture d’auteure particulière, puis l’influence de cette image sur la réception critique de son premier roman. Pour produire mes résultats, j’aurai consulté divers articles et critiques de journaux concernant l’auteure au moment de la publication de son premier roman ainsi que des articles sur Putain lui-même. L’œuvre de Claudia Larochelle, Je veux une maison faite de sorties de secours : réflexions sur la vie et l’œuvre de Nelly Arcan, publiée en 2015, m’aura aussi été un outil fort utile, puisqu’elle laisse directement la plume aux gens qui ont côtoyé (ou qui auraient aimé côtoyer) Nelly Arcan.

Son image d’auteure controversée

Nelly Arcan a beaucoup fait jaser dans les médias pour son image plutôt atypique. En effet, « [s]a beauté plastique ne fait pas bon ménage avec la littérature, à laquelle il convient d’associer l’image d’un homme sage, reclus chez lui à son écritoire, de préférence laid et tout entier dirigé par l’intellect » (1). Arcan se distingue de cette image par ses robes au décolleté plongeant, sa chevelure blonde, ses yeux bleus perçants et son passé de prostituée. Cette femme à l’apparence parfaite laisse rarement les gens indifférents. Les femmes se sentent agacées par l’attention qu’elle obtient et les hommes ne peuvent passer à côté d’elle sans être éblouis.

Lorsqu’elle est en entrevue, Nelly Arcan préfère parler de son roman, de son métier d’écrivain et de la qualité de son écriture. Au fond d’elle-même, elle est une auteure comme les autres. Quand on la reçoit en entrevue, elle « tente sans cesse d’élever le débat au plan littéraire » (2). Pourtant, le public et les journalistes continuent de revenir autour des mêmes sujets : son image et son passé de prostituée. Une curiosité malsaine qui pourrait avoir des effets négatifs sur la lecture et la réception de son œuvre.

Bibliographie 

(1) LAROCHELLE, Claudia. Je veux une maison faite de sorties de secours : réflexions sur la vie et l’œuvre de Nelly Arcan, 1ère édition, Montréal, VLB éditeur, 2015, 236 pages.

(2)  TREMBLAY, Odile, « Le vertige du nombre », Le Devoir (Montréal), 6-7 octobre 2001, p.?.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s