Mes tempêtes intérieures

Vanessa Beaulieu (Same Ravenelle, photographe), Guy Saint-Jean éditeur, Laval, 2018, 284 pages.

Dans cet ouvrage, on apprend à démystifier la maladie mentale sous toutes ses coutures, grâce aux témoignages de 25 personnalités qui ont vécu (ou qui vivent encore) avec des problèmes de santé mentale. Des figures comme Florence K, Biz et Marianne St-Gelais nous partagent leur vécu avec sensibilité.

Avant même de me plonger dans ce livre que j’attendais avec impatience, je l’ai feuilleté pour avoir une idée des témoignages que je découvrirais. Déjà, j’en avais des frissons. La thématique me rejoint beaucoup et j’ai toujours eu un intérêt pour celle-ci, qui est malheureusement encore trop tabou. Ma lecture a comblé, voire dépassé, mes attentes. Vanessa Beaulieu a su mettre à nu ces artistes de façon respectueuse et sincère. Tous ceux et celles qui ont accepté de lever leur masque ont en même temps levé celui de la maladie mentale. Cet ouvrage nous permet de comprendre que les problèmes de santé mentale ne portent pas qu’un seul visage. Il n’y a pas de bipolaire ou d’anxieux typique. N’importe qui peut en souffrir, peu importe son âge, son métier, son genre ou ses gènes.

« L’anxiété, par contre, et la paralysie qu’elle entraîne, c’est totalement autre chose. C’est un état difficile à expliquer! L’anxiété te garde en état d’alerte à l’égard d’une émotion vécue ou d’évènements anticipés ou imaginés. Ça paralyse ta vie entièrement. » (Mes tempêtes intérieures, p.73)

Ce livre est aussi pertinent pour son côté simple. Les personnes avec lesquelles a discutées Vanessa Beaulieu ne sont pas des experts en maladie mentale. Ce ne sont pas des médecins ou des psychologues. Ce sont des gens ordinaires qui vivent avec des problèmes de santé mentale et qui en parlent avec ouverture. L’ouvrage ne se veut pas documentaire, mais plus partage. Peut-être que cette ouverture de la part de nos personnalités québécoises influentes saura encourager monsieur et madame Tout le monde à s’ouvrir également sur ses difficultés.

Mon seul petit (mini, même) bémol est que la médication est une solution qui revient souvent dans les témoignages. Je ne crois pas que c’est une mauvaise solution, mais j’aurais été intéressée à lire un ou deux témoignages de personnes qui ont réussi (ou pas) à s’en sortir autrement (produits naturels par exemple). Peut-être qu’ouvrir sur cette avenue rassurerait certaines personnes qui sont plus ou moins à l’aise avec la médication.

Je ne pourrais conclure cet article sans saluer le magnifique travail de la photographe Same Ravenelle. Les portraits qui accompagnent les différents témoignages sont tout simplement magnifiques et semblent venir capturer l’intérieur de chacune des personnes. Un mariage parfait avec les histoires partagées.

Vous pouvez commander le livre et encourager les librairies indépendantes du Québec en cliquant ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s