J’ai mal et pourtant, ça ne se voit pas…

Lucile de Pesloüan et Geneviève Darling, éditions de l’Isatis, collection Griff, 2018.

Dans cet album, l’autrice fait s’exprimer différents personnages sur leurs douleurs psychologiques, qu’elles soient dues à une maladie mentale ou à un mauvais moment.

Après avoir lu et adoré Pourquoi les filles ont mal au ventre, des mêmes autrice et illustratrice, j’étais très impatiente de découvrir cette nouvelle publication. Je suis déjà une abonnée de la collection Griff qui, à travers les mots et les images, offre matière à réflexion aux adolescents-es qui croient que les albums, ce n’est plus pour eux.

« Comment décrire aux autres quelque chose qui se passe dans notre tête et que nous avons-nous-mêmes tant de mal à maîtriser? Comment leur faire comprendre le tumulte qui s’y déchaîne? » (J’ai mal et pourtant, ça ne se voit pas…p.4)

Encore une fois, les éditions de l’Isatis se sont lancées dans une mission périlleuse : celle de briser le voile sur les blessures psychologiques. Les maladies mentales réussissent à prendre de plus en plus de place dans nos médias et notre art, mais il s’agit encore d’un sujet difficile à aborder pour les personnes qui éprouvent ce type de douleur. L’album réussit à bien illustrer les différents maux auxquels on peut faire face, et ce peu importe à quelle période de notre vie nous sommes rendus.

Ce que j’ai apprécié, c’est encore une fois la diversité. Tout comme dans Pourquoi les filles ont mal au ventre?, on ne nous présente pas qu’un type de femme ou de fille. On touche aux différentes problématiques, on aborde même la douleur psychologique chez les garçons. Et ça, c’est tellement important! La peine n’est pas un sentiment réservée aux filles. Les pleurs ne sont pas un signe de faiblesse. L’autrice et l’illustratrice réussissent bien à illustrer cela.

Malgré tout, j’ai été moins touchée par cet album que par le précédent. Le fait d’avoir plusieurs narrateurs et narratrices m’a un peu moins plu, bien qu’il permettait d’offrir différentes visions. J’aurais voulu connaitre un peu plus les personnages, ceux qui ressentent cette peine intérieure.

Parents, enseignants, adolescents, grands-parents, adultes, peu importe qui vous êtes, la collection Griff est à découvrir. Vous pouvez commander cet album et encourager les librairies indépendantes du Québec en cliquant ici!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s