Le village – L’histoire de Jonathan Biron

Matthieu Quiviger, éditions Hurtubise, 2019, 313 pages.

Jonathan Biron termine son secondaire aux côtés de son meilleur ami Rudy, joueur étoile de leur équipe de football. Alors que ce dernier n’a pas de difficulté à être recruté, Jonathan, joueur substitut, ne sait quel choix prendre. C’est une situation désagréable lors d’un camp qui le poussera à choisir un cégep où l’équipe évolue en Division 3, calibre dans lequel le « Géant vert » fera sa marque.

Bon, déjà, je dois vous dire que le football et moi, ça fait pas mal plus que deux. Cependant, comme toute lectrice affamée, j’aime sortir de ma zone de confort. Il allait donc de soi, pour moi, que j’allais m’essayer à lire un roman dans lequel le foot prenait une place importante. Eh bien, croyez-le ou non, j’ai adoré ce roman, et ce bien que je n’aie pas tout compris des descriptions des matchs et entrainements.

J’ai d’abord été conquise par l’évolution des personnages eux-mêmes, mais surtout par l’évolution de l’équipe dans laquelle est intégré Jonathan Biron. L’auteur, lui-même ancien joueur de football, a su véhiculer les valeurs positives qu’enseignent les sports d’équipe : la collaboration, mais surtout le respect. De plus, l’allégorie du village que l’auteur tente de transmettre est très inspirante. Ce n’est pas le fait de gagner et d’être le plus fort qui est important dans ce roman, c’est le fait de s’entraider, d’évoluer ensemble pour écrire son histoire.

« Dans le village des Caniches, t’es pas obligé d’aimer tout le monde. Non, non. On n’est pas ta famille! Dans mon village, par contre, t’es obligé de RESPECTER tout le monde. Pourquoi? Parce que tous vont travailler fort cette année! » (Le village, p.146)

Comme il est écrit à la fin du roman de Matthieu Quiviger, les commotions cérébrales pèsent toute une tonne au-dessus du football. Les risques liés à ce sport sont indéniables, ce qui obscurcit sa réputation. Avec son roman, l’ancien joueur des Alouettes de Montréal vient nous montrer une autre facette que celle de la violence et des risques. Cet aspect, ajouté à l’évolution des personnages, aux histoires d’amitié, d’amour et de famille, fait de ce roman une découverte franchement intéressante. Si, en plus, vous êtes (ou connaissez) un.e amateur.e de ce sport, vous y trouverez votre compte. Pour commander le roman et encourager les librairies indépendantes du Québec, cliquez ici!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s