Bonjour Girl – Mode à Manhattan

Isabelle Laflèche, éditions Hurtubise, 2018, 335 pages.

Clémentine vient de s’installer à New York pour poursuivre des études en mode à la célèbre Parsons school of Design. Alors qu’elle est toute nouvelle dans la Grosse Pomme, son style coloré lui attire un ami styliste avec qui elle découvrira bien des passions communes. Elle rencontre également un séduisant photographe de mode qui semblera trop beau pour être vrai. Toutefois, son style éclectique ne lui attire pas que des amis : bien vite, elle se fera aussi une ennemie prête à tout pour gâcher ses projets.

Je me souviens de cette passion pour la mode que j’avais lorsque j’étais plus jeune. J’adorais dessiner des vêtements originaux, faire de mes morceaux ordinaires des pièces funky. J’avais donc déjà un penchant pour la thématique principale du roman, que l’autrice Isabelle Laflèche a d’ailleurs su exploiter au maximum avec le champ lexical de la fashionista.

giphy (1)

Source : Giphy

Derrière sa thématique haute-couture, Isabelle Laflèche traite d’enjeux importants dans le monde de la célébrité. La jeune Clémentine, fière de lancer son blogue et de voir des retombées positives, doit jongler avec les tweets irrespectueux d’une autre étudiante de Parsons. On se doute bien que la jalousie se cache derrière tout cela, mais l’apport de ce sujet rend le roman moins superficiel. L’histoire nous illustre les conséquences que peuvent créer la compétition dans un milieu aussi élitiste que celui de la mode. Mon seul bémol par rapport à ce point? Les tweets en eux-mêmes. Je les ai trouvés enfantins. Considérant toutes les méchancetés qui se disent sur le web, je crois qu’on aurait pu pousser un peu plus loin que le « ton blogue est un désastre ». D’autant plus que, si je me fie à la narratrice, elle sait tout de suite de qui viennent les tweets. Pourquoi alors l’école n’a-t-elle pas sévi? Bref, une thématique très intéressante, mais qui aurait eu avantage à être exploitée de manière plus réaliste et prenante.

« En l’écoutant raconter sa fâcheuse situation, il me vient à l’esprit que c’est aussi ce que le harcèlement te fait : il te fait croire que tu es en défaut quand, en fait, tu n’es que la victime. C’est blessant, nuisible et mauvais pour la confiance en soi et la santé mentale. C’est pourri » (Bonjour Girl – Mode à Manhattan, p.262).

Cela dit, Bonjour Girl est un chouette roman, une belle chicklit pour adolescent.e.s. Le périple de Clémentine est rocambolesque, ce qui rend la protagoniste attachante. Pour commander le roman et encourager les librairies indépendantes du Québec, cliquez ici!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s