Cap-aux-Esprits

Hervé Gagnon, éditions Québec Amérique, collection Titan, 2019 (2007), 256 pages.

Simon en a fait voir de toutes les couleurs à sa mère depuis le décès de son père. Afin de repartir à zéro, la famille emménage dans une vieille maison, loin de Montréal. Bien que la demeure semble en tout point charmante aux yeux de la mère de Simon, la réputation de la maison fait bien vite surface et la petite sœur du protagoniste se voit malgré elle victime d’évènements étranges.

Une histoire de maison hantée, ça, ça me parle! Dès le prologue, on sait que quelque chose d’étrange se passe dans la maison où habitera bientôt Simon. Une présence fantomatique? Un squatteur? La réputation de cette vieille cabane n’est plus à faire dans le village qui possède lui-même un nom à faire trembler. Le mystère qui se cache derrière l’habitation est palpable, et ce du début à la toute fin du roman.

« Elle était fébrile. Elle allait enfin pouvoir goûter à nouveau à la peur, si intense, si pure. Elle avait toujours réussi à la susciter, à l’entretenir, à la transformer en désespoir. Le désespoir était si merveilleusement complexe avec sa multitude de sentiments interdépendants qui lui donnait une richesse qu’Elle savourait par-dessus tout. » (Cap-aux-esprits, p.29)

En plus de la demeure, le mystère plane sur le personnage de Frédérique, que Simon apprécie bien. On le sent dès qu’il pose le regard sur elle : elle ne le laisse pas indifférent. Elle deviendra un élément-clé dans sa reconstruction, tout en gardant une aura très étrange qui fait en sorte que nous-mêmes, on veut en savoir plus sur elle. Les pièces du casse-tête s’imbriquent peu à peu et on finit par comprendre, grâce aux indices, qui est cette Fred.

Mon seul bémol à ce roman a été les échanges entre Simon et son ordi, que je ne trouvais pas crédibles. J’aurais aimé reconnaitre le côté délinquant du personnage, une façon plus « jeune » de s’exprimer. Ça ne me semblait pas naturel pour un journal intime d’adolescent.

Bref, ce roman à la fois haletant et intrigant sait aussi nous attendrir grâce à l’évolution psychologique du protagoniste qui, en parallèle à tous ces mystères, parvient à repartir à neuf.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s