Rabaskabarnak

Éric St-Pierre, éditions Québec Amérique, collection La Shop, 2019, 222 pages.

Alors qu’elle était partie chasser, Ève Latulippe tombe sur le corps d’un jeune homme d’à peu près son âge, sous la neige. Ce dernier ne semble pas dans son meilleur état, donc la jeune femme le ramène dans son village où ne vivent que des femmes… adultes! L’arrivée du jeune homme, de même que la protection qu’Ève semble vouloir lui offrir, bousculera les idéaux de ces femmes en guerre contre le sexe opposé.

« Y’ont runné tout le monde par le bout du nez, y’ont levé des taxes, sont allés faire chier tout le monde, essentiellement. Tout le monde avec une plotte, je veux dire » (Rabaskabarnak, p.106).

Ce livre, alliage entre la légende québécoise, le féminisme et le trash, est pour moi un petit bijou. En plein dans l’enseignement de la légende québécoise avec mes élèves, j’ai tout de suite accroché sur les personnages tirés de notre folklore québécois. Le résumé de certaines légendes marquantes m’a grandement plu et a permis d’ajouter une petite touche culturelle franchement intéressante à ma lecture. On retrouve des protagonistes féminins qui n’ont pas eu froid aux yeux à l’époque de ces récits oraux, mais qui ont dû affronter les conséquences d’une vie allant à l’encontre des traditions établies. On les retrouve donc dans une toute nouvelle société où elles ont choisi de tout rebâtir, sans que ce soit nécessairement pour le meilleur.

C’est d’ailleurs le rôle du personnage d’Ève Latulippe, qui est, vous l’aurez deviné, la fille de Rose Latulippe : ébranler le semblant d’ordre que ces femmes d’âge adulte croyaient voir régner.  Ève, qu’on a gardée un peu dans le néant et qui est la seule de sa génération, cherche à comprendre ce qui a marqué ces femmes au point tel qu’elles ne puissent plus admettre d’hommes dans leur vie.

En plus des légendes, on retrouve une belle part du folklore québécois avec le langage très familier, voire populaire dans les séquences dialogales, qui brosse bien le portrait de ces personnages un peu reculés, habitant dans les bois.

Que ce soit pour sa part de suspense, d’engagement féministe ou de tradition, Rabaskabarnak est un roman à lire avec attention. C’est une histoire atypique, accrocheuse et parfois cinglante. Pssssst! Bien accompagnée, c’est une lecture que je verrais au programme de français de 3e secondaire!

1 Comments on “Rabaskabarnak”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s