Comment être aussi cool que Nina Hill

Abbi Waxman, éditions Milady (Bragelonne), 2019, 376 pages.

Nina Hill, libraire célibataire de près de 30 ans, menait une petite vie organisée et calme jusqu’à ce qu’elle apprenne le décès de son père, qu’elle n’a jamais vu. Sa personnalité introvertie se voit grandement chamboulée alors qu’elle entre dans une famille à l’arbre généalogique complexe et qu’elle rencontre un homme qui tente de percer sa coquille.

Donnez-moi un personnage de libraire et c’est sûr que je suis intéressée! Nina Hill, la protagoniste, est très chouette! Je me suis reconnue dans son introversion, dans son besoin d’organisation – quoique je ne sois pas aussi intense qu’elle – et dans son habitude de trouver refuge dans les livres. Sa culture générale hyper développée, due à sa participation à des soirées quiz, m’a grandement impressionnée. Malgré son besoin de rester dans sa bulle, la protagoniste démontre qu’elle est ouverte sur le monde.

Outre le personnage de Nina, on s’attache également à ceux et celles qui gravitent autour d’elle, notamment les membres de sa « nouvelle » famille. Chacun d’eux a une personnalité très extrême, faisant en sorte qu’on n’a pas de mal à les imaginer.

Ce roman m’a grandement plu. Oui, pour les personnages, mais aussi pour l’histoire et la narration. La vie de Nina Hill, qui est à la base une jeune femme posée, est confrontée à plusieurs bouleversements et il est intéressant de voir la jeune femme réagir à tous ceux-ci. La narration est, quant à elle, franchement intéressante et ajoute une touche humoristique à cette histoire déjà légère. Ŀe narrateur, qui semble être omniscient, prend toutefois place dans l’histoire et s’adresse directement à nous, lecteurs.trices. Cela dit, cette habitude narrative ne reste pas jusqu’à la fin du roman, ce qui m’a paru incohérent.

« Il faut absolument que quelqu’un prenne les mecs à part et leur chuchote à l’oreille : « Les gars, votre pénis n’est pas la partie la plus photogénique de votre anatomie. » Soyons honnêtes, sorti du contexte, un pénis n’est guère séduisant. Ça ressemble à un rat-taupe nu coiffé d’un bonnet. » (Comment être aussi cool que Nina Hill, p.61-62)

Bien que je ne m’explique toujours pas la signification du titre, je recommande ce livre léger à tous.tes les lecteurs.trices curieux.ses qui aiment s’attacher à des personnages extravagants.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s