L’hôtel de la dernière chance

Note : 4 sur 5.

Nicki Thornton, éditions Michel Lafon, 2019 (2018), 296 pages.

Seth Seppi, le garçon des cuisines à l’hôtel de la Dernière Chance, est accusé d’avoir empoisonné le grand Docteur Torpeur Thallomius, lors d’un souper où d’autres personnes importantes venaient pour L’épreuve. Alors qu’une ambiance mystérieuse règne déjà à l’hôtel, Seth est étonné d’apprendre que la magie existe et qu’elle a une place bien particulière à son domicile…

Ce qui m’a frappée en premier dans ce roman, c’est l’ambiance. On plonge dans un hôtel assez mystérieux, où certains éléments dépassent notre entendement, sans que cela semble pour autant anormal pour le protagoniste, Seppi. Les descriptions nous permettent de visualiser le texte aisément et de prendre place comme vacancier à l’hôtel de la Dernière Chance. Visuellement, j’imaginais des scènes à la Tim Burton ou encore plus étranges à la Coraline. D’ailleurs, le style du roman, les personnages un peu particuliers et parfois détestables (dont Tiffany!) me rappelaient le roman de Neil Gaiman.

Source : Giphy

Outre les descriptions, le lieu et les personnages, l’histoire elle-même penche vers le mystère avec la mort par empoisonnement du Docteur Thallomius, mais aussi avec la présence très nébuleuse des invité‧e‧s de marque. Je dois admettre m’être parfois perdue dans ces personnages, ce qui est là un des bémols du roman pour moi, mais rien qui n’ait trop gâché ma lecture. On finit par comprendre lesquels sont réellement importants et quel rôle ils‧elles jouent. Du côté de l’enquête, je n’ai pas vu venir la fin et n’ai pas réussi à découvrir la personne coupable, ce qui est un point positif!

On reste dans l’obscurité avec les personnages qui ne semblent pas tou‧te‧s dire la vérité. On s’attache rapidement à Seth Seppi, qui est exclu par les autres, voire manipulé. Sa naïveté fait de lui un protagoniste attendrissant, même s’il garde une certaine méfiance face à l’inconnu. Tiffany, quant à elle, n’en parlons pas, elle est détestable, point. Sa méchanceté gratuite envers Seth nous fait apprécier ce dernier encore plus!

Bref, pour l’ambiance bien campée, pour le mystère présent du début à la fin, il s’agit pour moi d’une belle lecture! Au secondaire, particulièrement au premier cycle, je le travaillerais conjointement avec Coraline et Harry Potter.

« – Obtenir une carte de bibliothèque de l’Élysée est un honneur insigne, qui permet d’accéder à toute une collection de textes magiques. Comment peux-tu être aussi blasé? Il n’est rien de plus fabuleux que les merveilles qu’on trouve dans les livres. » (L’hôtel de la Dernière Chance, p.145)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s