La majestuosité de l’album pour enfants

Bien que j’aie toujours été intéressée par l’album pour enfants, particulièrement pour la beauté de l’objet, mon intérêt envers celui-ci s’est vu décupler à la naissance de ma fille, puis à la suite de mon cours en Littérature pour enfants suivi cet automne à la TÉLUQ dans le cadre du Programme court en littérature populaire. D’ailleurs, certaines notions que je partagerai dans cet article me viennent de ces apprentissages.

Le double destinataire

Certes, l’album pour enfants est principalement fait pour être lu par des enfants (je précise principalement, car en tant qu’adulte, même avant d’être maman, j’aimais lire des albums pour enfants!), mais il faut comprendre qu’il y a un autre destinataire à ne pas oublier : l’adulte. C’est lui‧elle qui choisira l’album, qui en fera une première lecture. Dans le cas où l’enfant n’est encore qu’à un stade d’observation, c’est aussi l’adulte qui profitera de l’histoire! Et certaines histoires sont tellement agréables à lire! En voici quelques-unes parmi mes préférées.

Un autre élément intéressant est que le destinateur et le destinataire n’appartiennent pas à la même tranche d’âge! Alors que celui à qui s’adresse le livre est un enfant, celui‧celle qui le rédige est bien souvent un adulte! Cela demande de chausser toute une paire de bottines pour se mettre dans la peau d’un‧e mini lecteur‧trice! Certaines caractéristiques de l’enfance sont évidentes, communes à tou‧te‧s : l’innocence, la candeur, la vulnérabilité, l’influençabilité, la créativité, le besoin d’apprendre et de se divertir…

L’enfance

Malgré ces caractéristiques communes à l’enfance, la vision de ce concept reste tellement divergente! À quel âge se termine cette période? L’enfant est-il‧elle un être inachevé? un être parfait que la société vient dénaturer? un être égal à l’adulte? un être qui possède moins de droits que l’adulte? Faites l’exercice, tentez de définir un enfant et posez la question dans votre entourage. Les réponses risquent de différer! C’est d’ailleurs un concept qui a beaucoup évolué dans les époques! Lire un album pour enfants, c’est aussi prendre conscience de cette image de l’enfance qu’a l’auteur‧trice.

Dans cet album à la 1re personne du singulier par exemple, la protagoniste est indépendante. Certes, elle reçoit l’aide de son père, mais elle commence par tenter de se débrouiller par elle-même. La finale, dans laquelle elle porte une cape de superhéroïne vient ajouter à cette image de l’enfant humain à part entière, égal à l’adulte.

Dans la même veine, lire un album pour enfants, c’est déceler les valeurs importantes aux yeux de l’auteur‧trice. Une histoire n’est jamais neutre, particulièrement en littérature pour enfants lorsqu’on sait la nécessité de celle-ci dans le développement du mini lectorat. En classe, pour travailler les valeurs, il peut devenir très intéressant de le faire à partir de l’album! Quand on observe certains titres du prolifique auteur Simon Boulerice par exemple, on peut constater que la différence est valorisée de façon récurrente dans ses œuvres!

L’alliance entre le texte et l’image

Comme la bande dessinée qui regroupe deux modes d’expression, soit le texte et l’image, l’album pour enfants recèle de petites merveilles visuelles que parfois, seul l’adulte est capable de déceler (ou l’enfant, accompagné par l’adulte). J’aime que l’album, comme la BD, suppose une double, voire une triple lecture (le texte, les images, ainsi que le texte accompagné des images).

Dans cet album par exemple, les renards à la recherche des lapins ne parviennent pas à trouver leurs proies. Par contre, le lecteur est capable de trouver les petites oreilles de lapin dans les pages, venant ainsi ajouter à l’humour de cette histoire.

De plus, savoir que l’illustrateur‧trice et l’auteur‧trice ne travaillent pas nécessairement de pair, mais bien conjointement, rend la lecture de l’ensemble complètement différente! Le texte mis en image par l’illustrateur‧trice devient sa propre interprétation des mots, de l’histoire. Son choix de couleurs, d’image à la place d’une autre nous permet, en tant que lecteur‧trice‧s, de lire l’histoire de l’auteur‧trice, mais aussi celle de l’illustrateur‧trice.

Les thèmes

Sachant que les buts de la littérature pour enfants sont entre autres de divertir et d’instruire, il est agréable de voir une diversité dans les thèmes aujourd’hui. Bien que certains restent incontournables (les premières fois, le quotidien, la famille, les émotions…), d’autres sujets plus pointilleux, même parfois plus graves, font leur apparition dans les albums pour enfants d’aujourd’hui. Finie cette période où on gardait les enfants dans cette petite bulle de bonheur intouchable, dans ce monde tout rose bonbon. Il existe maintenant des albums sur une foule de sujets qui rejoignent chaque enfant, peu importe sa situation! Les tabous ne sont plus!

Par exemple, dans cet album est abordée la thématique du deuil (les cinq phases de celui-ci).

Aussi, les thèmes de société permettent de plus en plus aux enfants de réfléchir sur le monde, de s’ouvrir à celui-ci, que ce soit en abordant la guerre, l’environnement, le féminisme, l’immigration… Aujourd’hui, la littérature pour enfants ne sert plus qu’à les divertir ou les instruire. Elle les accompagne.


L’album pour enfants n’est pas un petit genre. C’est un genre pour les petit‧e‧s, mais qu’apprécient aussi les grand‧e‧s.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s