Nos jours brûlés

Laura Nsafou, éditions Albin Michel, 2021, 299 pages.

Note : 3 sur 5.

Il y a de cela une vingtaine d’années, le jour a disparu. La noirceur prend place 24 heures du 24, laissant ainsi plus de place à bien des créatures nocturnes effrayantes. Alors qu’Elikia n’a connu que la Grande Nuit, sa mère est prête à tout pour donner à sa fille la chance de connaitre le jour et le soleil. Ensemble, à la majorité d’Elikia, elles se lancent dans une quête sur les traces d’un chemin déjà tracé par le grand-père de la jeune femme.

Aussi bien le mentionner tout de suite, j’ai eu du mal à embarquer complètement dans ce roman. Il faut dire que l’histoire s’inspire énormément de la mythologie africaine que je ne connaissais pas du tout. Certes, on retrouve, à la fin du livre, une description de chacune des créatures et divinités, de même que de chacun des clans, mais vu leur nombre élevé, j’ai eu de la difficulté, tout au long de ma lecture, à me retrouver.

« J’étais encore naïve à l’époque, émerveillée par le monde qu’il me dépeignait et par les entités à l’origine de l’air que je respirais. Je découvrais une vérité dont seuls de rares initiés avaient connaissance. Ma mère avait toujours cru en l’Invisible, sans connaître un dixième de tout ce que je venais d’entendre. » (Nos jours brûlés, p.75-76)

Il est certain que cette complexité a eu un énorme effet sur ma lecture. Cela dit, ce n’est pas un échec total. Lirai-je la suite? Non, mais je ne suis pas prête pour autant à déconseiller ce roman. Je crois que je n’étais tout simplement pas la bonne lectrice. Les passionné.e.s de science-fiction (on se retrouve en 2049), de mythologies en tous genres et d’aventures périlleuses seront servi.e.s. Bien que certains passages m’aient paru répétitifs, l’histoire nous sert relativement bien en rebondissements.

L’un des points forts du roman est, sans doute, son héroïne. Par sa marque, sa différence, mais surtout sa soif d’avancer, Elikia nous donne rapidement envie de poursuivre la quête dans laquelle elle s’est embarquée malgré elle.

Bref, dans l’ensemble, il ne s’agit pas d’une lecture dans laquelle j’ai particulièrement embarquée. Cependant, elle trouvera assurément sa place chez d’autres lecteur.trice.s. Les avis sont d’ailleurs assez positifs sur Goodreads!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s