Politiquement incorrect

Pier-Luc Lasalle, éditions du Parc en face, 2021, 331 pages.

Note : 4 sur 5.

Hugo change d’école à la suite de l’arrivée de sa mère en politique. Comme elle pourrait potentiellement devenir la nouvelle mairesse de l’éducation, Hugo doit quitter son école privée pour rejoindre le public. Certes, il y entre plutôt incognito, mais fait bien vite les manchettes à cause de sa mère, mais aussi pour son implication involontaire dans une cause environnementale. Comment se retrouver, en tant qu’ado, dans un tourbillon politique impliquant sa famille, mais aussi ses ami.e.s?

N’étant pas particulièrement friande de politique, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’ai été agréablement surprise, notamment par le personnage principal. Certes, il est intéressant de voir les répercussions d’un parent en politique sur un enfant, mais il a été encore plus intéressant de rencontrer un protagoniste masculin aussi psychologiquement développé. C’est malheureux, mais j’ai parfois encore l’impression que nos protagonistes garçons restent dans le cliché du je-garde-mes-émotions-pour-moi ou dans le total contraire. Dans le cas d’Hugo, on fait la rencontre d’un jeune homme anxieux, oui à cause de l’implication de sa mère, mais aussi pour bien d’autres raisons extérieures comme l’estime personnelle. J’ai trouvé le personnage particulièrement bien développé, sans que ce soit trop.

« Ark! Ma mère, supposément féministe, se fait une fierté d’être « la femme de service » d’une mauvaise pub pour un parti rétrograde dont elle arbore fièrement les couleurs. Normal, après ça, que je sois troublé, que je sache pas trop qui je suis pis que j’aie besoin d’une thérapie! »

Politiquement incorrect, p.62

Comme les autres publications des éditions du Parc en face, la langue est très colorée, rapprochant la narration des pensées des ados. Ajouté aux chapitres courts et aux pages aérées, les 300 quelques pages de ce roman ne devraient pas faire peur à notre lectorat plus réticent.

Autre point fort de cette histoire est la thématique environnementale. On y confronte la vision des plus âgés à celle des plus jeunes, leur désir de voir les choses changer. Un autre roman qui nous présente une génération impliquée!

Bref, il s’agit d’une chouette lecture qui ne nécessite aucun intérêt particulier pour la politique, mais bien une envie de découvrir un protagoniste en pleine quête identitaire dans un tourbillon d’apparence et de crise environnementale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s