Furioso

Olivier Kemeid, éditions Leméac, collection jeunesse, 2022, 62 pages.

Note : 4 sur 5.

Deux héros en plein combat armé sont amoureux d’une même princesse. Délaissant le conflit de leur peuple, ils se livrent bataille pour retrouver la valeureuse princesse afin de lui faire part de leurs sentiments.

Quelle drôle de découverte, cette pièce de théâtre! Créée à Saguenay en 2021 pour le Festival international des arts de la marionnette, la pièce pourrait être bien être lue en 3e secondaire pendant la séquence sur le conte. J’ai été agréablement surprise par ma lecture, et ce pour de nombreuses raisons.

Tout d’abord, l’humour! Celui-ci se retrouve derrière le caractère exagéré de certains personnages, leurs caractéristiques stéréotypées exacerbées, mais aussi derrière les anachronismes qui se faufilent tout au long du texte qui se déroule au Moyen Âge. On retrouve aussi le style absurde de la série télé Le cœur a ses raisons. Inspiré du Roland Furieux de L’Arioste, la pièce devient une belle parodie des contes de fées traditionnels.

« TROUBADOUR. Il s’agit d’un monstre terrible et si tu étais intelligent tu prendrais la poudre d’escampette

ABDERAM. Qu’est-ce que tu veux que je fasse avec cette poudre? »

Furioso, p.20

Ensuite, derrière l’humour et la parodie se cachent de nombreuses critiques, notamment de ces stéréotypes. On rencontre des personnages différents, le type qu’on ne rencontre pas dans les contes traditionnels. La princesse d’ailleurs est consciente de son rôle un peu moche, de toutes les conséquences qui viennent avec sa vie de princesse. La magicienne féministe quant à elle, en plus d’être tout un anachronisme, apporte de belles réflexions!

« YUHUAN, ne l’écoutant pas. Que c’est dur d’être princesse ET belle

Comme je suis damnée!

Et en plus tout le monde m’accuse d’avoir charmé ces deux chevaliers alors que je n’ai rien fait et que je n’ai rien demandé je faisais juste me promener comme ça entre les cerisiers en fleurs du jardin royal de mon papa le roi accompagné par mon jardinier mon cuisinier ma nounou mon chauffeur mes porteurs ma tutrice mon éleveur de faucons et ma biographe quand subitement j’ai entendu un bruit qui provenait du palais et »

Furioso, p.17

Bref, par son originalité, son absurdité et ses critiques sociales, la pièce Furioso est une lecture surprise qui, je crois, plaira aux lecteur.trice.s consciencieux des détails.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s