La maison des suicides

Charlie Donlea, Saint-Jean éditeur, 2022 (2020), 487 pages.

Note : 4 sur 5.

Lors d’un solstice d’été, à la maison abandonnée du pensionnat de Westmont, deux étudiants ont été tués. Même si l’affaire a vite été classée alors que presque tous les indices convergeaient vers un professeur, des journalistes doutent que l’affaire soit réellement résolue.

« Dans une forteresse pareille, les jeunes seraient à l’abri des dangers du monde extérieur. Les parents qui y avaient envoyé leurs enfants avaient acheté un mythe. Ils les y avaient inscrits pour les ramener dans le droit chemin ou leur apprendre la discipline parce qu’ils croyaient sincèrement que cet établissement était le meilleur endroit pour les préparer aux défis que leur réservait la vie. Quelle blague! »

La maison des suicides, p.127

J’avais un peu peur de me plonger dans ce roman vu son nombre de pages. Cela dit, avec l’Halloween, j’avais envie d’une lecture frissonnante et celle-ci me semblait tout indiquée! Oh que je n’ai pas été déçue! Dès le départ, on nous plonge dans une entrée de journal intime assez meurtrière, dans les souvenirs d’un personnage qui ne semble avoir aucune pitié. Le retour vers ces entrées tout au long du roman nous permettent de confirmer notre première impression, sans qu’on sache pour autant qui est caché derrière les pages de ce journal.

À quelques reprises, j’ai bien cru avoir deviné le dénouement, mais je me suis finalement fait totalement berner. Le suspense est maitrisé jusqu’à la toute fin de l’histoire, notamment grâce à l’alternance des parties (présent et passé) et des chapitres (entrées de journal intime, enquête suivie par différents personnages).

Bien que le roman comporte plusieurs personnages, la description suffisante de chacun m’a permis de les différencier facilement et de bien les imaginer. J’ai particulièrement aimé le personnage de Rory, l’experte en reconstitution légale. On accorde une belle importance à sa personnalité atypique, qui convient parfaitement à sa profession.

En somme, c’est une lecture que j’ai grandement appréciée! Un thriller réussi qui sait garder le suspense malgré ses presque 500 pages.

2 Comments on “La maison des suicides”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s